Jeudi 20 octobre, 9h30. Bibliothèque François Mitterand.

Froid perçant et ciel dégagé. Pas un nuage à l’horizon.

C’est ici que nous nous retrouvons. Nous, bloggeurs, journalistes, Audi-teurs et artistes.

Au pied du cinéma MK2, entouré de moderners colonnes de verres que je n’avais jamais encore vu d’aussi près, est exposée l’oeuvre de Marie-Aurore Stiker-Métral. Elle semble avoir été créée pour troner précisemment sur cet immense parvis. Beaucoup d’espace et les volumes parfaits pour pleinement en profiter.

Le soleil, qui se cache alors derrière les ailes de la célèbre Bibliothèque de verre, perce enfin. D’abord, il nous réchauffe. Il irradie aussi les polymiroirs magnifiquement orchestrés de ces Energies à Contempler.Cette oeuvre imposante est pourtant quasi-insaisissable en photo. Chaque facette de ce cube multiple est une véritable mise en abime de l’architecture environnante. Résultat frustrant pour le photographe. Effet de « transparence légère » magique pour tout un chacun. Défi réussi.

Le froid nous transperce. Les estomacs se réchauffent autour d’un café, les langues commencent à se délier. Nous mangeons, échangeons, repartons.

[nggallery id=185]

Confortablement installés dans nos Q3, SUV compacts dernièrement lancés par Audi, nous admirons Paris. Austerlitz, les quais, Place de la Concorde. Avenue des Champs Elysées. Arrêt aux portes d’Art Curial. Dans la cour, une pluie illuminée signée Constance Guisset. Véritable oeuvre d’art, ce banc scintillant fascine. Personne n’ose d’ailleurs s’y assoir, sans doute par respect. Et pourtant cette Guirlante à Ecouter a bien été pensée comme mobilier urbain, comme objet de la communauté.


Découverte d’une oeuvre d’un Audi Talents Award par pleazleblog

[nggallery id=186]

A nouveau nous roulons. Direction l’empire de la joaillerie. Nous sommes maintenant Place Vendôme. Mythique arène aux parois dorées, au ciel bleu azur, au sol pavé. Devant nous, un véritable tableau se mouvant à chacun de nos déplacements. Oeuvre circulaire, cette Révolution du Regard nous fait perdre tout repère. Au travers d’elle, chaque beauté est déplacée, dupliquée, renversée. Nous admirons la colonne Vendôme comme jamais. La Place est finalement baignée de soleil, passé outre les hauts batiments l’encadrant. L’oeuvre d’Arnaud Lapierre rayonne et se reflète. Elle est belle, d’extérieur comme d’intérieur. Elle éveille notre curiosité et nous pousserait volontiers à l’admirer une fois encore, de nuit.

[nggallery id=187]

Fin du parcours artistique sur le parvis du Centre Pompidou. Un cube emplit de surprises nous y attend impatiemment. Fruit du travail d’Audi, ce dernier volume termine de nous émerveiller. Savant mélange de design automobile, d’espace de vidéo et de musique, le Cube nous présente alors la dernière création de la marque dans toute sa splendeur. A l’image d’Audi sobriété, élégance et modernité sont de la partie. Nous en prenons plein les yeux, en toute légèreté.

Parfaitement « carrée », cette journée ensoleillée et brillament organisée aura, sans doute aucun, stimuler notre créativité. Nous nous quittons. Certains sont très demandés. D’autres n’ont pas terminé leur enrichissement visuel, ils se dirigent au Grand Palais. Les y attend la grandiose collection d’art moderne proposée chaque année. La FIAC nous absorbe. Après de longues minutes a silloner ses allées, nous ressortons emerveillés.

Ce « marathon » de l’art mérite 4 étoiles, sans hésiter. Découverte, Rencontre, Passion et Admiration en sont respectivement leur nom.

A venir sur Pleaz:

  • Un article pour en savoir plus sur cette voiture et une vidéo de notre balade en Audi Q3
  • Un dossier sur la FIAC 2011 par Elodie, Clotilde et Adrien…